DOSSIER 1 : UN SITE WEB D'ECOLE

PRINCIPES DE BASE

Un site est un moyen de communication. Il permet à l’école de divulguer, à faible coût, toute une série d’informations et ce aussi bien aux élèves, qu’à leurs parents ou à tout le monde.

Si une des premières raisons de sa publication est, à mon avis, dans un premier temps,
un objectif publicitaire (il est important de montrer qu’on existe et qu’on réalise des choses intéressante avec les élèves), au fil du temps cela devient un réel outil de communication.

L’école informe sur sa structure, ses valeurs, son organisation journalière. Mais la communication n’est encore organisée que dans un seul sens : de l’école vers les parents, les élèves ou les élèves potentiels.

            Voici regroupé en 2 catégories les principales rubriques que l’on retrouve sur un site d’école.

L’ORGANISATION de l’ECOLE  DES INFORMATIONS DIVERSES

Horaire des sections et des élèves
L’aide à l’orientation des élèves
Les activités extra-scolaires
L'assistance scolaire
La bibliothèque
Les bulletins informatisés
Les activités du conseil de participation
Le fonctionnement des délibérations
Le rôles des délégués de classe
Les anciens élèves
Le fonctionnement de l’internat
La description des infrastructures
Des sous-sites par option
Le mot du directeur

 Le livre d’or
 Les potins
 La tables des matières (abcdaire)
 La galerie photos
 Le calendrier
 Les offres d’emploi
 Les contacts (Tél-emails,..)
 Les partenaires (PMS,…)
 Liens vers d’autres site
 Le service restauration ou cantine
 Les fournitures scolaires
 Les anniversaires
 Après les études
 Les inscriptions

 

Une troisième étape est franchie lorsque l’école utilise son site pour communiquer interactivement avec les parents, les élèves ou les professeurs. Lorsque par exemple les inscriptions peuvent se faire directement sur le site, lorsque les parents peuvent encoder directement des renseignements demandés par l’école et plus à l’aide de notes dans le journal de classe ou sur une feuille ou encore, lorsque l’on peut réserver directement un repas de midi à la cantine ou contacter un professeur sur son adresse email de l’école.

Cela nécessite déjà des connaissances supplémentaires de la part du webmaster mais surtout cela montre une interaction entre les services administratifs, la direction et le(s) webmaster(s) et donc un niveau d’intégration plus poussé des nouvelles technologies ainsi qu’une réelle volonté d’avancer dans ce sens. L’abandon éventuel de ces pratiques une fois établies serait alors perçue comme une régression de la part des utilisateurs. Demander, par exemple, à une école qui a implémenté un bulletin informatisé comme serait perçu le retour à l’encodage des points dans des bulletins papier !
 

La quatrième étape sera l’utilisation de cette interface à des buts pédagogiques. Je fait référence ici à l’enseignement à distance organisé au sein de l’établissement car certains professeurs ont eux déjà développer, de leur côté, une structure leur permettant de communiquer et d’enseigner "à distance".

Tous ces aspects permettent, petit à petit, d’évaluer le niveau d’intégration des nouvelles technologies au sein d’un établissement scolaire car ils touchent, de plus en plus, à l’organisation structurelle, à la communication entre les individus ainsi qu’à leur niveau de formation à l’utilisation de ses outils. Formation qui doit maintenant être planifiée non plus au point de vue d’un individu mais globalement au sein du corps professoral. A la veille de l’arrivé des nouveaux centres cyberclasse et du tableau interactif, il serait intéressant pour une direction d’établir un audit de la maîtrise de l’outil informatique.

       D’un point de vue technique

Dans un premier temps on peut se demander quels sont les moyens financiers que l’école est disposée à mettre pour la réalisation de son site. Par exemple quels sont les services d’hébergement utilisés, quel espace de stockage lui est réservé, de combien de nom de domaine dispose-t-on, un service de messagerie pour les professeurs est-il lié au(x) nom(s) de domaine, utilise-t-on un serveur dédié ou non… A-t-on fait appel un une entreprise pour réaliser tout ou une partie du site ou sa structure. A-t-on acheté des logiciels pour la réalisation et la gestion du site de l’école ou n’utilise-t-on que des logiciels libres ? Le webmaster utilise-t-il « ses » propres logiciels ?

Un deuxième aspect est celui des moyens humains mis en place.

  1. Le site est-il l’œuvre d’une seule personne (le webmaster) ou celle d’une équipe. S’il s’agit d’une équipe de combien de membres est-elle constituée, quels sont leurs compétences, qui peut ou doit faire partie du groupe et comment sont réparti les tâches ? Lorsqu’il s’agit d’une seule personne, que se passera-il lorsque celle-ci sera malade ou quittera l’école? Le webmaster se charge-t-il de former son successeur ? Certains sites d'école représentent des centaines d'heures de travail avec un niveau de compétence en informatique qu'il est parfois très difficile de retrouver au sein d'un établissement scolaire.

  2. Le travail est-il divisé par thèmes (activités, voyages, règlement,…) ou bien par compétences techniques (programmation, retouche d’images, collecte d’information, encodage des documents,…)

  3. Le comité de direction participe-t-il activement et régulièrement à l’actualisation du site ou bien donne-t-il « carte blanche » à un ou deux professeurs.

  4. Des heures NTPP sont-elles accordées ou ce travail est-il totalement bénévole. Qu’arrivera-t-il lorsque la ou les personnes bénévoles seront surchargées de travail de part une augmentation éventuelle de leur NTPP, par exemple.

Un troisième point technique est bien sur l’aspect visuel et ergonomique du site. Il est bien sûr lié aux savoirs-faire du webmaster et des outils qu’il utilise (maîtrise du langage html, du langage flash, des css ou des bases de données) mais il est également directement lié au temps qu’il peut consacrer à son élaboration. Très peu d'écoles utilisent déjà un système de gestion de contenu, le travail collaboratif n'est pas encore une habitude dans ce domaine.

Des consignes peuvent être données (choix d’un style, d’une palette de couleurs pour le thème générale du site, par exemple). L’organisation ou la structure du site est-elle imposée par la direction ou est-elle laissée ou libre choix du ou des concepteurs.
 

         Voila quelques points sur lesquels une réflexion me semble nécessaire.

EN CONCLUSION

Au vu de l'ensemble des liens proposés pour les sites de quelques écoles de la province de Namur, on peut déjà constater des différences notoires en ce qui concerne les moyens, les objectifs, les contenus ainsi que la forme dans la communication numérique d'un établissement scolaire du second degré. Plus grande est la population l'école plus elle pourrait être capable de dégager du temps et des moyens pour la mise en place de cet outil interactif publicitaire, de communication et de pédagogique.

JOOMLAC'est la plateforme de référence dans notre province, plus de 30% des écoles du secondaire libre l'utilisent pour leur site web d'école.

Prochaine évolution : Les plateformes d'enseignement à distance : Claroline, Spruz, Moodle, Chamilo, Mambo,...